Vue page web

 
 
Septembre 2019
 
 

Bulletin d'information AGYI

 
Chères lectrices, chers lecteurs,

Une condition essentielle au succès d'un échange de jeunes est la volonté de se rencontrer dans le cadre d´un partenariat. Chaque personne, chaque groupe participant est appelé à traiter son homologue avec respect et d´égal à égal. Cela n'est ni évident ni simple. C'est là qu'intervient l'Initiative germano-africaine de la jeunesse. Il vise à établir une structure de partenariats égaux entre l'Allemagne et chacun des pays africains. Sur ce point, la complexité du contexte postcolonial dans lequel se déroulent les rencontres et les échanges entre les jeunes de différents pays africains et de l'Allemagne se doit d´être reconnu. Cela inclut également le fait que les structures de pouvoir et de domination qui se sont développées au cours des siècles affectent non seulement les relations intercontinentales, mais aussi les déséquilibres existants au sein des États et des régions.

L´Initiative Germano-Africaine pour la Jeunesse (AGYI) y fait face avec la possibilité d'un dialogue ouvert, d'une réflexion critique et d'un travail éducatif sensible au pouvoir. Tous les participants se heurtent sans cesse à des limites structurelles et à des défis individuels que nous essayons d'affronter ensemble dans un esprit de dialogue, de participation et de coopération.

Le partenariat au sens de l´AGYI signifie donc solidarité, réciprocité et participation. Et il est orienté vers les objectifs de développement durable de l'ONU et les objectifs de l'Agenda 2063 de l'Union africaine. Pour transmettre tout cela aux jeunes, il faut de bons concepts appropriés, un soutien complet et beaucoup d'enthousiasme. L´AGYI offre dans ce sens un soutien à la société civile dans les quatre pays partenaires - Bénin, Allemagne, Afrique du Sud et Tanzanie. Par le biais d'ateliers et de formation pour les multiplicateurs, par exemple, par des discussions sur les normes de qualité et la diffusion d'exemples de meilleures pratiques.

Ou, plus précisément, en initiant de nouveaux partenariats germano-africains. Ici, des espaces (libres) sont créés pour reconnaître et définir ce qui est commun, pour démarrer un échange et développer un projet commun.

Le point central du bulletin d´information de l´AGYI "Partner Matching" se focalise dans un premier temps sur l'échange de groupe dans ses différents formats. Cependant, une grande partie de ce qui est proposé, s´avère relevant pour les services de volontariat et les stages internationaux, possibles à travers les programmes weltwärts ou ASA. Avec les exemples donnés ici, nous souhaitons rendre tangible le travail de l´AGYI, démontrer la dynamique de l'initiative et proposer des pistes de réflexion sur le thème du partenariat. Nous donnons également un aperçu des activités actuelles de l´AGYI au sein des structures partenaires africaines et en Allemagne.

Enfin et surtout, nous nous réjouissons de la relance du site Internet de AGYI, dont le principe directeur est le partenariat. Nous tenons à exprimer nos sincères remerciements à tous ceux qui ont contribué à la mise en œuvre de cette plate-forme. Les commentaires sur la relance du site Internet et le travail de l´AGYI dans son ensemble sont toujours les bienvenus.   

Nous vous souhaitons une bonne lecture.

L'équipe de coordination de l'AGYI

 
 

Les thèmes de cette édition

 
 
 

#Jumelage de Partenaires

 
 

Première rencontre de jumelage Bénin - Allemagne

 
Représentants béninois et allemands à Cotonou, Bénin, Photo: Engagement Global
 
« Au nom de toutes les organisations du Réseau AGYI Bénin, je tiens à remercier la GIZ et Engagement Global pour avoir organisé cette conférence de jumelage de partenaires qui a été un grand succès. Malgré toutes les préoccupations liées aux visas, la conférence a été remplie d'énergie et de passion avec des participants très engagés, mais surtout très impliqués et motivés » explique Ibrahim Tchan, coordinateur du Réseau AGYI Bénin, après le premier jumelage de partenaires entre le Bénin et l'Allemagne. Les représentantes et représentants de 41 organisations béninoises et allemandes ont participé début août à un atelier à Cotonou, au Bénin. L’événement, organisé par l'Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ), en collaboration avec le Réseau AGYI Bénin, a réuni des organisations béninoises et allemandes œuvrant en faveur de la protection de la nature, de l´encadrement des activités de la jeunesse, de l'échange interculturel, de la culture, de l'économie, de l'éducation, de la coopération au développement et des droits de la femme. L'objectif était de former les acteurs béninois et allemands à la réalisation d'échanges de jeunes en commun.

« Tous les participants ont fait preuve d'une grande motivation pour mettre en œuvre les projets de rencontre entre les jeunes allemands et béninois. J'ai été très impressionné par l'engagement et la qualité du travail axé sur les objectifs de toutes les personnes impliquées », ajoute Freddy Ndongbou Nkenglifak d'Engagement Global.

À côté des consultations sur les idées de projets communs, la candidature aux rencontres extrascolaires dans le cadre du programme weltwärts a été abordée. Les collaboratrices du service des visas d'Engagement Global ont également donné les informations et les astuces nécessaires pour surmonter les obstacles que rencontrent les participants béninois lors de demandent un visa Schengen l'Allemagne.

Le travail conceptuel commun était à l'ordre du jour, mais aussi la visite des futures organisations partenaires au Bénin par les représentants d´organisations allemandes. Celle-ci a permis aux partenaires allemands de constater sur place les besoins et les attentes des béninois ainsi que leur équipement technique de mise en œuvre des projets communs.

Gabriele Brühl de l'association caritative Brühl Stiftung tire de la rencontre de jumelage une conclusion très positive : « J'ai noué de nombreux nouveaux contacts qui me seront très utiles dans le cadre de mes projets futurs au Bénin. J'ai tissé des liens avec des ONG béninoises, mais aussi avec de nombreuses organisations allemandes. Nous essaierons de tirer le meilleur parti des synergies. » Dans cet esprit de partenariat, les participants allemands et béninois envisagent de soumettre leurs demandes de subvention ensemble pour la mise en œuvre des rencontres de jeunes.

Un aspect particulièrement important des rencontres de jeunes et services volontaires est la préparation et le suivi des participants. Ces thèmes seront repris dans le cadre de l'atelier qui se tient depuis le jusqu'au 2 au 4 septembre à Addis-Abeba, en Éthiopie. À côté de la coordination des bonnes pratiques, des formateurs du Bénin, d'Allemagne, d'Afrique du Sud et de Tanzanie répondront ici, avec les représentants d'Engagement Global et de l'agence de coopération internationale pour le développement (GIZ), aux questions soulevées sur la communication interculturelle, le soutien des organisations hôtes, le travail des anciens participants et le développement de kits d'outils d'accompagnement pédagogique des jeunes.

 

Un match, deux gagnants: un exemple dans le cadre extra-scolaire

 
Exercice linguistique, Allemand - Kiswahili, Photo: BKJ
 
Dans le cadre de la ligne de soutien weltwärts – Projets de rencontres extra-scolaires dans le contexte de l'Agenda 2030, la Fédération allemande pour l'Education artistique et culturelle de la Jeunesse (Bundesvereinigung Kulturelle Kinder- und Jugendbildung e.V. - BKJ) est le partenaire stratégique de l'AGYI.

La BKJ conseille et soutient les institutions d'éducation culturelle qui souhaitent organiser des échanges internationaux de jeunes.  

Comment peuvent avancer les associations intéressées  vers un partenariat international en absence des contacts et réseaux nécessaires ? Les services offerts par la BKJ s'adressent particulièrement à ces acteurs. À travers différents formats de jumelage de partenaires, la BKJ les aide à trouver des partenaires adaptés pour concrétiser des projets communs de rencontres internationales. L'expérience montre que cette offre de services de la BKJ est particulièrement judicieuse pour établir de nouveaux liens entre les acteurs de différents pays, pour lesquels les distances ou d'autres facteurs compliquent la prise de contact « de leur propre initiative ».

La mise en place d'un partenariat commence toujours par un nouveau parcours d'apprentissage avec des connaissances importantes pour l'adaptation de l'offre de services de la BKJ aux besoins des acteurs. Les différentes méthodes de jumelage de partenaires s'adaptent donc aux besoins des participants ainsi qu'aux dynamiques du processus de jumelage de manière flexible. Cette flexibilité permet de procéder à des ajustements à chaque étape du processus de jumelage, en fonction des attentes des organisations impliquées. Le déroulement du jumelage, à partir d´un premier contact, d´une première rencontre réelle et jusqu´à la coopération concrète autour d´un projet commun, vous est présenté sous forme d'exemple dans le tableau suivant. Il ne s'agit cependant ni d’un modèle fixe et encore moins, d'une feuille de route donnée.
 

Premières étapes du jumelage de partenaires: un exemple de l'association « Zirkus und Co. » d'Allemagne

→ Zirkus und Co. décide d'agir à l'international
→ Zirkus und Co. n'a pas de connexions pour mettre en œuvre des activités internationales
→ Zirkus und Co. veut être jumelé avec des partenaires d'un pays africain
→ Zirkus und Co. contacte la BKJ et veut utiliser l'offre de services de la BKJ pour créer un nouveau partenariat
→ Zirkus und Co. se présente avec un profil (en anglais ou dans la langue du partenaire souhaité).
Ce profil comprend :
  o Informations de base : coordonnées, si nécessaire secteur (par ex.
     théâtre, danse, musique, etc.)
  o Domaines de travail
  o Motivation
  o Premières idées de projet/souhaits à l'attention de l'organisation parte-
     naire
→ La BKJ transmet le profil de Zirkus und Co. aux Partenaires des trois pays pilotes: le Bénin, l'Afrique du Sud et la Tanzanie. 
→ En retour, la BKJ peut transmettre des profils d'organisations du « Sud » directement à des institutions dans le domaine de l'éducation culturelle en Allemagne.
→ La BKJ peut aider à trouver les premiers jumelages en fonction des profils  
  o Utilisation de ses propres listes de diffusion
  o Transmission des profils après des organisations potentiellement
intéressées et déjà connues
→ La BKJ peut organiser un premier contact entre les deux partenaires par Skype ou par téléphone :
  o Premier contact :
      o Clarification des premières questions
      o Explication des intérêts personnels
      o Définition des intérêts communs
→ Une étape importante dans l'établissement d'un partenariat peut être une rencontre personnelle :
  o Les deux associations peuvent ainsi déterminer si :
      o les contenus souhaités et les structures des associations sont en harmonie
      o les groupes cibles avec lesquels ils travaillent sont similaires
      o des intérêts similaires sont poursuivis
      o les approches éducatives correspondent
      o il y a une alchimie entre les membres du groupe
→ Comme les parrains eux-mêmes n'ont souvent pas les moyens d'organiser eux-mêmes des rencontres personnelles, il existe des possibilités de financement et des offres de l´AGYI pour les premières rencontres. Lesquelles sont particulièrement :
  o mise en réseau, par ex. les conférences de partenaires
  o soutien financier pour les « voyages préparatoires

La participation à ces formats ou le soutien éventuel de rencontres personnelles organisées de manière indépendante doit être convenu individuellement avec l'AGYI ou la BKJ.
→ Bases importantes du jumelage :
  o Les jumelages ne peuvent pas être forcés
  o Offrir des options de sortie sans « perdre la face »
  o Être ouvert (curieux, intéressé et sans préjugés)
  o Savoir écouter
  o Instaurer une coopération équitable dès le début (principe : partenariat)
  o Communication franche et transparente pour instaurer un climat de confiance 
→ Au mieux : Un match, deux gagnants !

  o Un échange linguistique a lieu
  o La planification du projet est lancée conjointement
  o Il y a une demande commune, par ex. pour une rencontre weltwärts

  o Approfondissement du travail commun en organisant des rencontres inter
     nationales de jeunes et en utilisant des offres de conseil et
d'accompagnement, ainsi que des offres de mise en réseau complémentaires, par ex.
     les rencontres du réseau de la BKJ.
  o Les aspects représentant la qualité d’une rencontre de jeunes réussie
     font l'objet d'une réflexion commune.
 

10 étapes jusqu´au projet « Chat des Mondes » : Un exemple dans le cadre scolaire

 
Tout le monde peut participer au «CHAT des MONDES». Photo: Engagement Global
 
Au début d'une coopération, de nombreuses questions se posent : Comment puis-je participer à un projet « Chat des Mondes »? Quand, où et comment se déroule un projet ? Avec le guide suivant « 10 étapes jusqu'au projet Chat des Mondes », l'équipe du « Chat des Mondes » d'Engagement Global montre comment effectuer un jumelage de partenaires ayant été approuvé et convenu dans le cadre de la coopération internationale des partenaires du « Chat des Mondes ». Cette voie s'applique également à tous les partenaires, qu'ils viennent d'Allemagne ou du Sud, et peut s´exécuter en allemand, anglais ou français. 
1. Pour lancer un projet « Chat des Mondes » il faut une classe en Allemagne et une classe, un groupe de jeunes ou un individu dans un pays d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique latine qui souhaitent échanger sur les enjeux mondiaux ou les milieux de vie par le biais de la communication en ligne.
2. Si vous souhaitez participer à un projet « Chat des Mondes », contactez-nous à l'adresse chat@engagement-global.de et donnez-nous des informations sur votre personne et sur votre organisation ou institution, par ex. pays, ville, nombre et âge des participants intéressés.
3. La coordination fédérale d'Engagement Global vous propose une brève introduction sur le projet et transmet votre demande aux coordinations régionales allemandes.
4. L'une de ces coordinations régionales entre en contact avec vous pour organiser un entretien de présentation par vidéoconférence ou par téléphone.
5. Lors de l'entretien de présentation, vous pouvez poser vos questions sur le déroulement d'un projet « Chat des Mondes ». Des informations générales telles que les exigences techniques, les compétences linguistiques, les outils et les sujets de discussion possibles pour un Chat font l'objet d'une discussion commune.
6. La coordination régionale vous contacte à chaque dépôt d'une demande de projet partageant les mêmes intérêts pour la planification commune d'un projet. Cela peut parfois prendre quelques mois.
7. Dans la préparation d'un projet précis, la date et l'heure du Chat, le format (en direct/par messages vidéo) et le thème du Chat sont discutés. Un plan B est également convenu à l'avance en cas de dysfonctionnement de la connexion Internet ou de la technologie prévue.
8. Le jour du Chat, un test est effectué pour vérifier la connexion Internet et la technologie.
9. Le Chat a lieu. Les élèves ont préparé l'échange avec des questions et des réponses.
10. Quelques jours après le Chat, la coordination régionale vous contacte pour obtenir vos réactions et connaître ce qui s'est bien passé et les domaines d'amélioration possible.
 
Veuillez noter que le « Chat des Mondes », est une offre éducative allemande financée par le Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement. Le « Chat des Mondes », ne peut donc par conséquent assumer aucun frais d´honoraires, services ou frais de matériau et d’équipement pour la planification et l’exécution du projet à l’étranger.

Contactez-nous à l'adresse e-mail en vous présentant ou en présentant votre organisation/institution ou si vous avez des questions supplémentaires.
 
 
 

#Rétrospective

 
 

Réunion préparatoire de jumelage avec le Bénin dans Bad Godesberg

 
Réunion préparatoire de jumelage au Bénin. Photo: Engagement Global
 
« J'ai vraiment hâte de prendre la route avec vous » a affirmé Freddy Ndongbou Nkenglifak d'Engagement Global en conclusion de l'atelier préparatoire du 6 juillet à Bad Godesberg. Avec les représentantes et représentants de 17 organisations, il participera au jumelage de partenaires au Bénin organisé par l'agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ) et le Réseau AGYI Bénin. Les 17 organisations proviennent de toute l'Allemagne. Elles œuvrent dans les domaines de la protection de la nature, des activités de jeunesse, des échanges interculturels, de la culture, de l'économie, de l'éducation, de la coopération au développement et des droits de la femme. Les participants du jumelage possèdent ainsi une vaste expérience, et de plus, ils collaborent avec un grand nombre d'expertes et d'experts traitant différents sujets. L'atelier préparatoire a permis d'apporter des contributions importantes sur le Bénin et la préparation, mais a aussi été un espace d'échange. « Notre association est entrée en contact avec notre nouveau partenaire Corps des Volontaires Béninois au mois de mars, et nous attendons tous avec impatience la rencontre au Bénin » a indiqué Jule Knop de l'association Kleiner Muck e.V. Au Bénin, les représentantes et représentants d'organisations sont déjà attendus par un grand nombre d'organisations de domaines similaires pour échanger des idées sur les projets et mettre en place ensemble des rencontres de jeunes. « C'est une responsabilité importante, mais aussi une excellente opportunité d'organiser un échange de jeunes avec les partenaires béninois. » a expliqué Rahmée Wetterich de l’association  ‘The Project Justine- Train the Trainer e.V.’  à la fin de l'atelier.
 

Échange numérique & réel de connaissances: aperçu avec le « Chat des Mondes »

 
Vous voulez vous engager pour le service volontaire? Le «CHAT des MONDES» vous offre des opportunités. Photo: Engagement Global
 
À la fin du séjour en Allemagne des volontaires Sud-Nord, une question se pose souvent : Comme puis-je rester en contact avec l'Allemagne sur le long terme après mon service volontaire ? Une option possible est le « Chat des Mondes ». En tant qu'expertes et experts du Chat, les anciens volontaires peuvent échanger avec des classes allemandes sur leur pays et leur vision des défis mondiaux par le biais de conversations en ligne. Les volontaires de l'association Diakonie Baden en ont récemment découvert le fonctionnement. Lors de leur séminaire intermédiaire, ils ont participé à un projet « Chat des Mondes » avec des volontaires boliviens, mais ils ont aussi découvert comment apporter leur contribution dans le « Chat des Mondes ».  

Le « Chat des Mondes » montre aussi qu'il n'est pas nécessaire de faire le tour du monde pour découvrir d'autres cultures ou entrer en contact avec des personnes des quatre coins de la planète. Lors de la conférence de l'AGYI de Bonn du 6 au 8 mai 2019, le « Chat des Mondes » a prouvé que l'échange virtuel facilitait les rencontres entre les pays et qu'il en garantissait le maintien à long terme. À l'aide d'outils interactifs, numériques et analogiques, les participants ont appris à utiliser la communication en ligne pour l'apprentissage global et les échanges interculturels dans le cadre d'un atelier.

Vous souhaitez savoir comment participer? Alors, contactez-nous:
 
 
 

#Projets actuels

 
 

Consolidation du réseau weltwärts d'Afrique australe

 
Les membres du réseau SAwN travaillent continuellement à l'atteinte de leurs objectifs. Photo: Mary Mlambo
 
Le réseau weltwärts d ´Afrique australe (Southern African weltwärts Network/ SAwN) s'est concentré sur la durabilité, la réorientation de l'adhésion et l'avenir du réseau au cours du premier semestre de l'année.

À l'occasion de l'assemblée annuelle du comité et d'un atelier stratégique sur la mobilisation des ressources, le réseau a travaillé pour atteindre ses objectifs. Le premier objectif était la couverture financière du réseau et l’identification des mesures de coordination administrative concrètes à prévoir à l’avenir. Les nouveaux membres élus du Conseil d'administration et les membres des groupes de travail se sont donc rencontrés à Johannesburg. Après un état de la situation, une feuille de route a été définie et convenue pour l'orientation future du réseau. Il a par exemple été convenu de proposer aux employés du réseau des formations sur les demandes de subventions financières. Des formats d’apprentissage entre pairs doivent également être établis pour permettre aux membres du réseau de se consulter mutuellement de manière collégiale.

Au second semestre, l'accent a été mis sur « l'adhésion à valeur ajoutée ». Le souhait est de renforcer et d'encourager le travail de tous les membres au sein du réseau en fonction des besoins. À ce jour, le réseau compte plus de 200 organisations partenaires venant de cinq pays de la Communauté de développement d'Afrique australe (CDAA). Avec ce succès, le réseau SAwN ouvre la voie aux partenariats entre pairs partageant une vision commune. Le réseau SAwN sert ainsi d'exemple pour le potentiel d'un jumelage ciblé de partenaires au sein d'un réseau régional.
 

Développement d'une plateforme nationale de services volontaires par le Réseau AGYI Bénin

 
Le Réseau AGYI Bénin veut établir une plateforme nationale pour les organisations actives dans le service volontaire et l'échange. Poto: Réseau AGYI Bénin
 
Dans le cadre de la promotion de la qualité, l'Office béninois des Services de Volontariat des Jeunes (OBSVJ) s'est chargé du recensement des structures de service volontaire au Bénin au cours du premier semestre 2019. Sur la base de cette étude, le réseau béninois souhaite à présent créer un système de qualification pour les organisations de service volontaire et programmes d'échanges internationaux basés au Bénin.

L'OSBJ a donc organisé un atelier en collaboration avec la GIZ du 26 au 27 juin 2019 à Bohicon, au Bénin. Les quelque 80 participants se sont particulièrement intéressés à l'analyse du recensement. En conclusion de cette analyse, ils ont évoqué le fait de mettre en place un système de gestion de la qualité qui permettrait d'améliorer le partage des données et le travail des services volontaires. Ils ont également réfléchi et échangé des idées à la création d'une plate-forme nationale pour les organismes de service volontaire.

Les présentations de chacun des groupes de travail de l'atelier ont servi de référence. Les résultats des groupes de travail ont fait l'objet d'une réflexion commune et d'un approfondissement thématique. Cette dynamique de coopération a abouti à la décision de créer une plate-forme nationale et d'attribuer aux organisations de service volontaire et d'échange international un label de qualité reconnu par le Bénin pour les organisations de la société civile.
 

Plateforme du service volontaire de l'Union Africaine

 
Au cours du premier atelier consultatif se sont réunis des acteurs bénévoles de toute l'Afrique. Photo: Aïssatou Toure
 
Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine ont reconnu dans l'ordonnance Assembly / AU / Dec.274 (XVI) le service volontaire des jeunes comme un outil de renforcement du rôle des jeunes et un moteur pour le développement du continent. Par le biais de la plateforme « Volunteerism Linkage Platform » (VLP) à l'échelle du continent et du système de gestion des volontaires « Volunteer Management System » (VMS), la Commission de l'Union africaine (CUA) souhaite mobiliser les acteurs de toute l'Afrique œuvrant dans le service volontaire pour concentrer et exploiter les avantages et le potentiel des programmes de service volontaire et d'échange.

En septembre 2018, la CUA a organisé pour la première fois un atelier pour discuter de la possibilité de créer une telle plate-forme en coopération avec les acteurs du service volontaire de toute l'Afrique.

Le deuxième Forum africain sur le volontariat se déroulera cette année du 24 au 26 octobre à Kigali, au Rwanda. L'objectif principal sera l'analyse et la reconnaissance des progrès accomplis jusqu'ici. Les autres sujets abordés seront les prochaines étapes à suivre et l'orientation future dudit Forum. Les étapes identifiées ensemble seront incluses dans un document de recommandation.

L'AGYI soutient le processus avec son agence de coopération technique allemande (Agence de coopération internationale allemande pour le développement - GIZ) à Addis-Abeba. Cette année, l'équipe de l'AGYI a ainsi organisé en mars au sein de l'Agence GIZ un atelier sur le développement d'un logiciel open source. Le nouveau logiciel simplifiera la gestion des volontaires au sein des différents programmes. Le développement continu de l'outil en ligne destiné à améliorer la mise en réseau des services volontaires dans toute l'Afrique sera également suivi de près, avec notamment un atelier de présentation et de discussion des progrès du système de gestion des volontaires.
 

Partenariat vivant – un rapport d´expérience

 
Dans les séminaires du programme de ASA, les thèmes de la diversité, de la gestion des conflits et sur l'antiracisme sont au premier plan. Photo: Sarah Böger
 
L'organisation de la société civile CREDI-ONG propose depuis de nombreuses années un projet au Bénin, en Afrique occidentale, aux participants européens du réseau international d'éducation à la citoyenneté mondiale (GLEN). Le programme ASA est l'un des neuf membres du réseau.

Les équipes de participants européens travaillent avec une stagiaire béninoise sur des projets d'éducation à l'environnement. Dans le travail d'équipe conjoint, tous les participants apportent leurs différentes expériences et perspectives dans la mise en œuvre du projet, réfléchissent ensemble au processus et apprennent ainsi les uns avec les autres et les uns des autres.

Suite à cette coopération, deux représentants de CREDI-ONG du Bénin ont repris en 2018 l'encadrement pédagogique des séminaires ASA en Europe avec des intervenants d'Allemagne, de France, d'Italie, de Pologne et de République Tchèque. Dans leur présentation, Martial Kouderin et Modeste Hodonou de CREDI-ONG ont partagé les expériences qu'ils ont vécues en tant que tuteurs pour les séminaires en Europe ainsi que les apprentissages qu'ils ont eux-mêmes effectués. Kouderin a également indiqué que ces rencontres ont donné naissance à des synergies durables.
 

Oser plus l´inclusion !

 
Inclusion dans le bénévolat et les échanges de jeunes. Photo: Engagement Global/Simon Veith
 
Le réseau AGYI-Bénin est convaincu que l´encadrement de la jeunesse et le service volontaire, surtout à l'international, sont un moyen d'offrir des chances d'accès aux jeunes, mais aussi et surtout une occasion d'exploiter le potentiel des jeunes en amenant à participer activement à l'organisation de leur communauté.

Il convient donc de promouvoir l´encadrement des activités de la jeunesse et le volontariat en tant qu´outil d'intégration sociale pour et par les jeunes. Parmi toutes les mesures, il est important de veiller à ce que tous les jeunes participent aux échanges sur un même pied d'égalité, quelque soient leur origine économique, sociale et ethnique, leur sexe, leur éducation ou leur handicap.

Cette vision est de plus en plus fréquente dans les discussions et la mise en pratique des services de volontariat et des échanges internationaux de jeunes. Le groupe de travail « Inclusion » du réseau AGYI béninois introduira cette vision pour la toute première fois dans le cadre d'une conférence internationale de la jeunesse de trois jours qui se tiendra à Cotonou du 2 au 4 octobre 2019. Des parties prenantes de la société, des responsables politiques de ministères nationaux tels que le ministère des Affaires sociales et de la Microfinance, des décideurs économiques ainsi que des personnes individuelles intéressées du continent africain et d'Allemagne y sont invités.
Les objectifs de la conférence sont notamment :
  o Explication des termes : Que signifie le terme « inclusion » ?
  o Échange d’expériences et comparaison internationale de la pratique de
     l'inclusion
  o Assurer un travail d'explication et de sensibilisation sur le thème de l'inclu-
     sion ou identifier des mesures appropriées allant dans ce sens
  o Développement d'une stratégie pour le réseau AGYI-Bénin :
      • Définir les mécanismes de mise en œuvre des objectifs identifiés pour
        garantir une plus grande inclusion
      • Consulter la feuille de route jusqu'à la fin de 2020
 
Les personnes intéressées d'Allemagne peuvent encore s'inscrire pour participer à la conférence de Cotonou, au Bénin. Après avoir choisi les participants, le Comité de sélection béninois enverra les invitations individuellement.

Si vous êtes intéressé(e), contactez-nous par Email à l'adresse :
 
 

Séminaire germano-africain sur le partenariat sportif

 
Les ODDs jouent également un rôle dans les échanges de jeunes et dans le domaine du sport. Photo: dsj
 
En tant que deuxième partenaire stratégique de l'AGYI, la Jeunesse Sportive Allemande (dsj) joue un rôle crucial pour séduire de nouveaux groupes d'acteurs du domaine extra-scolaire pour l'échange de jeunes germano-africains. Du 20 au 23 novembre 2019, la dsj organisera la deuxième édition du séminaire germano-africain sur le partenariat sportif pour établir de nouveaux partenariats entre les organisations sportives allemandes et africaines.

L'événement permettra aux responsables et membres actifs des associations et fédérations africaines et allemandes de nouer de premiers contacts avec les partenaires potentiels. Les partenariats existants pourront également utiliser la conférence pour renforcer leur coopération. À côté des rencontres personnelles, l'accent sera mis sur le traitement du contenu de l'Agenda 2030 et sur la forme que pourrait prendre la collaboration partenariale dans le contexte international. Les attentes et les objectifs feront l'objet de débats et les premières idées de projet seront échangées. Un programme culturel sera également proposé pour découvrir et se familiariser avec l'Allemagne.

Vous pouvez vous inscrire à l'événement jusqu'au 25 septembre 2019.

Si vous recherchez toujours un partenaire adapté en Afrique ou en Allemagne, la dsj vous aidera avec plaisir.
 
 
Les collègues de la dsj sont à votre disposition pour répondre à vos questions ou demandes d'informations supplémentaires : 
Contact pour toutes questions :
Matthias Frosch Gel
Tél. : +4969- 67 00 253
Daniela Grabeleu
Tél : +4969- 67 00 341
 
 

Compte à rebours 2030 ? – en cours ! 

 
La planification de la conférence a été effectuée dans des salles virtuelles au printemps 2019. Photo: bridge-it!
 
20 jeunes du Bénin, du Burkina Faso, d'Allemagne, du Cameroun, du Malawi et d'Afrique du Sud préparent la conférence internationale de la jeunesse « Compte à rebours 2030 – Notre avenir à tous » qui aura lieu du 2 au 6 décembre 2019 à Cologne. Les jeunes se sont regroupés dans trois équipes régionales : l'équipe d´Allemagne, l'équipe d´Afrique de l´ouest et centrale, et enfin l'équipe d´Afrique australe. Celles-ci travaillent ensemble depuis le printemps 2019 à la planification de la conférence dans des salles virtuelles.  Les rencontres ne se font pas seulement virtuellement: les équipes organisatrices régionales de jeunes se rencontrent aussi physiquement, comme l'a fait récemment l’équipe d´Allemagne du 5 au 7 juillet 2019 à Berlin. Depuis le début de l’année, les huit membres de l'équipe d´Allemagne travaillent sur les objectifs de développement durable de l’ONU, l'approche systémique et la gestion inclusive de la conférence. Comment mettre en pratique les connaissances acquises pour préparer la conférence « Compte à rebours 2030 » ? – un véritable défi.

À Berlin, l'équipe allemande a échangé avec les équipes d´Afrique australe, centrale et de l´ouest sur le concept via une réunion virtuelle. Avec le soutien de deux traductrices, les sujets ont été discutés sans heurts. De plus l´association berlinoise Bridge-it! e.V. était toujours disponible pour apporter des conseils aux jeunes. La réunion virtuelle a permis notamment de discuter de l'état de préparation de toutes les équipes nationales. Une feuille de route commune a également été convenue. Jusqu'à la prochaine réunion virtuelle, il reste encore beaucoup à faire au Bénin, au Burkina Faso, en Allemagne, au Cameroun, au Malawi et en Afrique du Sud. En fin novembre, quelques jours seulement avant le début de la conférence, les 20 jeunes des équipes organisatrices régionales se réuniront pour la première fois à Cologne pour lancer ensemble le « Compte à rebours 2030 ». Le programme de la conférence sera publié début septembre.
 
 

L'Initiative Germano-Africaine pour la Jeunesse

L'AGYI encourage l'expansion des échanges de jeunes entre l'Allemagne et les pays africains, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Il s'appuie sur ce qui existe déjà et vise à renforcer les activités de la société civile. L'AGYI travaille dans un esprit de dialogue, de participation et de coopération. Il vise à établir une structure de partenariats égaux entre les pays africains et l'Allemagne. Il s'agit d'une priorité politique du Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung (BMZ - Ministère fédèral de la Coopération économique et du Développment) et la Commission de l'Union africaine. La coordination est assurée par Engagement Global.
 
 

Contact

Engagement Global gGmbH
AGYI - Initiative Germano-Africaine pour la Jeunesse


Téléphone: +49 30 25482 110 | Téléfax: +49 30 254 82 359
www.youthinitiative.info
daj@engagement-global.de

 

Mentions légales

ENGAGEMENT GLOBAL gGmbH
Service für Entwicklungsinitiativen

Téléphone +49 228 20717-0 | Téléfax +49 228 20717-150
info@engagement-global.de
www.engagement-global.de

Siège social de la société: Bonn
Tulpenfeld 7, 53113 Bonn, Allemagne

Directeur général: Dr. Jens Kreuter
Registre du Commerce: tribunal d'instance de Bonn: HRB 19021
TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) - Numéro d'identification: DE280482195

Responsable des contenus: Ulrike Mann
Rédaction: Peris Wanjiru Njehiah, Freddy Ndongbou Nkenglifak

Protection des données

Pour vous désabonner de ce bulletin d'information, veuillez cliquer sur le lie:
Se désabonner du bulletin d'information de l’AGYI

 
 
 
 
En coopération avec la
Commission de l‘Union africaine
 
 
 
Partenaires de mise en œuvre
 
 
Réseau AGYI Bénin